Recherche

 

ALLER AU COEUR DE L'HUMAIN : LE PROJET ORPHE

Dans les crises de grande ampleur des cellules de crise sont mises sur pied pour piloter et coordonner les opérations des différents acteurs sur le terrain. Elles sont temporaires car elles sont dissoutes dès la fin des événements et se reconstituent parfois avec des intervenants différents à l’occasion de crises ultérieures. Cette forme d’organisation impose un défi important tant ses membres incarnent des objectifs, des cultures et des doctrines différents faisant peser un risque permanent de conflit ou de contradiction et mettant ainsi en danger la coordination de la réponse et la gestion de la crise elle-même. Dès lors l’un des principaux enjeux pour ces groupes est de trouver des modes de coordination ad hoc rapides et efficaces afin d’atteindre un objectif commun : maîtriser la crise dont l’enjeu principal consiste à sauver des vies et préserver des infrastructures vitales. A ces contraintes s’ajoutent la difficulté que font peser l’incertitude et l’ambiguïté des situations de crise sur le processus de décision tant au niveau cognitif qu’émotionnel. La présente recherche vise à apporter des éclairages théoriques et pratiques sur les mécanismes décisionnels mis en œuvre dans ces organisations temporaires de crise afin, qu’au-delà des personnes qui les composent, elles puissent se doter de dispositifs de décision rapides et coordonnés pour faire face aux crises de grande ampleur et améliorer leur façon de décider.

Ainsi les objectifs de ce projet sont :

  • Une innovation scientifique visant à comprendre les processus de décision en cellule de crise à l’aune du modèle de la décision naturaliste et en incluant le rôle des états émotionnels ;
  • Une visée pratique destinée à enrichir les pratiques actuelles de réponse, les méthodologies de retours d’expérience et les dispositifs de formations et d’entraînements des cellules de crise ;

 

Le département Risques et Crises de l’INHESJ a donc lancé en avril 2011, en partenariat avec l’université Laval du Québec, une étude scientifique baptisée « ORPHE » (organisations éphémères et gestion de crise) dont l’objet est d’éclaircir le rôle que jouent les mécanismes psychologiques – au niveau individuel comme au niveau collectif – dans le processus de prise de décision. Ce projet est subventionné par le CSFRS.

La réalisation de ce projet s’appuie notamment sur l’observation participante d’exercices de gestion de crise réalisés mensuellement à l’INHESJ à destination des décideurs et acteurs impliqués dans la gestion d’une crise.

 

Contact
Carole DAUTUN, chef du département risques et crises
Carole.dautun@inhesj.fr